Tenir un journal personnel sans stress.

Tenir un journal personnel sans stress.

Je vous entends déjà, vous vous dites, ça recommence ! Après les listes à faire, maintenant c’est le journal personnel. Pour quoi faire ? Vos journées sont tellement remplies, vous êtes débordés. Et pourtant ! Prendre 10 minutes tous les jours pour soi, n’est pas une perte de temps. Où suis-je ? Où vais-je ? Sur quel état j’erre ?… Tenir un journal personnel sans stress, Aide à l’introspection, à mieux se connaître, avoir confiance en soi et à prendre du recul. On y note les événements, les anecdotes, les idées qui ont émergé durant la journée, les réflexions et les observations, sans brider son intuition. On y rajoute les sentiments et les émotions ressentis, les évènements stressants, sans jugement. Relire ce qui est écrit permet de se concentrer, d’être plus créatif, de corriger, persévérer ou évoluer dans nos comportements, estimer les conséquences, l’impact de nos idées et de nos actes positifs ou négatifs, de désamorcer les situations et réduire le stress. Le fait de coucher nos idées par écrit, fait avancer notre réflexion de manière inconsciente. Sur papier à l’ancienne ou sur l’ordinateur, ça fonctionne!          ...
Projet : réapprendre à vivre à 2!

Projet : réapprendre à vivre à 2!

    Réapprendre à vivre à 2, à l’occasion de la retraite. Cette transition n’est pas toujours facile à vivre, pour les couples qui n’ont jamais vraiment vécu ensemble ou quand les enfants devenus adultes sont partis de la maison.     S’adapter, refuser la sensation d’être inutile. Valoriser les avantages de la situation Réapprendre la vie de couple, se redécouvrir. Prendre en compte ses désirs, ses envies, identifier les envies de l’autre. S’adapter au changement, trouver des ressources et de nouvelles satisfactions. Évaluer les projets, les rêves, les activités en commun respecter le besoin de chacun. Lutter contre le silence dans le couple, écouter. Partager ses découvertes avec son conjoint, recréer le dialogue. Savoir garder son espace vital, s’octroyer des moments pour être seul. Ne pas faire participer l’autre, à toutes ses activités systématiquement. Ne pas fusionner tout le temps. Recréer ou garder des moments de complicité, dialoguer. Essayer des nouvelles activités, s’ouvrir à la vie. Trouver de nouveaux amis, entretenir des liens sociaux. Avoir un projet sur du long terme à...
Comment gérer les critiques ?

Comment gérer les critiques ?

Même les critiques données avec de bonnes intentions, ne sont pas toujours faciles à accepter. Si elles sont argumentées, elles servent à évoluer, se remettre en question, à s’améliorer et permettent d’avancer. Reconnaître ses torts et s’en excuser permet de retrouver une bonne relation et de prendre en considération les remarques de l’interlocuteur. Apprendre de l’expérience et être plus performant. Quand elles deviennent négatives, systématiques, abusives, agressives, c’est là que le bât blesse. La critique gratuite est une tentative de prise de pouvoir, elle entraine une baisse de l’estime de soi et de la confiance en soi. Les réactions face à une critique: se justifier contre l’humiliation. démontrer que la personne a tort en réponse à l’offense. se taire de peur de déplaire. être hautain, à prendre la personne de haut. Comprendre l’intention de la personne : pure gentillesse avec une critique positive. imposition de point de vue prise de pouvoir harcèlement jugement péremptoire Réaliser si la critique injustifiée et injuste, est: un jugement par rapport à ce qui vient d’être dit ou fait. une mauvaise interprétation un ressenti Évaluer le registre de l’interlocuteur (Triangle de Karpman),: victime sauveur persécuteur Prendre du recul, rester calme, zen, au moins en surface,. Ne pas montrer vos réactions face à la personne qui essaye de vous déstabiliser. Sans réaction de votre part, il n’y aura pas de confrontation car pas de prise. Essayer de: Ne pas réagir immédiatement, analyser la situation, faire baisser la pression. Prendre de la hauteur, ne pas répondre dans le même registre. Garder son calme et rester poli, cela lui permettra de faire de même. Reformuler pour répondre sans...
Préparation à la retraite

Préparation à la retraite

Certains en rêvent, d’autres la subissent, qu’elle soit choisie ou attendue, il faut passer le cap, tourner la page de la vie professionnelle et prévoir un nouveau projet de vie. « Retraite ». Il ne faut pas croire ce que son nom indique, cela ne doit pas être un retrait du monde, mais une réjouissance (comme en Espagnol « Jubilacion ») pour une seconde vie. C’est un tournant de vie majeur, qui parfois procure une appréhension, du stress. L’objectif est d’aborder cette future retraite pour qu’elle soit la plus sereine possible pour soi et son entourage, malgré les changements et les bouleversements sur le plan financier et personnel. Elle arrive après 40 ans de travail = environ 60000 heures. L’amélioration des conditions de vie et les progrès médicaux donnent une plus grande espérance de vie, 25 ans en moyenne. Un accompagnement permet d’anticiper de nouveaux repères, lors des changements de rythme de vie et de statut social. Le coaching de préparation à la retraite aide à se projeter, à construire son projet de vie défini en fonction de son histoire.   Lors de la préparation à la retraite, le futur retraité évalue les points positifs et négatifs de: – son relationnel familial: (départ des enfants, arrivée de petits-enfants, vie avec conjoint, solitude, soutien familial, parents âgés), – son relationnel amical et social (entourage proche, perte relationnelle, isolement,  activités, deuil), – son bilan de santé (prévention, autonomie, sport, risques, complications et équilibre de vie), – son cadre de vie (logement, accessibilité, aides possible), – et ses finances (baisse des revenus, gestion de patrimoine).   Les premiers 18 mois peuvent apparaitre comme des grandes vacances, sans...
L’ empathie

L’ empathie

L’empathie est la capacité de percevoir et ressentir les sentiments et les émotions d’autrui. La faculté intuitive de se mettre à la place de quelqu’un d’autre, de comprendre ses idées et ses croyances. (Empathie cognitive lors de coaching). L’empathie n’est pas morale !   L’empathie inconsciente est le partage des émotions, sans jugement de valeurs avec une distance entre soi et l’autre. La personne empathique ne vit pas les émotions qu’elle analyse, elle ne les ressent pas elle-même. Elle peut être utilisée positivement pour le bien-être ou l’envie d’aider mais également à des fins négatives, pour nuire. En temps de guerre connaître le ressenti de l’ennemi, Prendre des décisions nuisibles pour une minorité pour le bien de la majorité, Les disputes de famille   Innée ou acquise. Innée : Des recherches sur les enfants et certains animaux ont démontré que l’empathie est innée. Elle permet de se protéger, s’entraider, d’être solidaire, d’éviter de souffrir ou de se mettre en danger, en réaction au comportement d’une autre personne ou à une situation spécifique. Les 2 groupes ont des comportements de coopération, d’entraide, des tendances à la sociabilité et à la réciprocité pour les membres du groupe auquel ils appartiennent. Il semblerait que seuls les humains, essayent d’utiliser leur capacité d’empathie à l’ensemble du monde. Acquise : L’apprentissage, l’éducation, l’expérience, l’environnement contribuent à l’empathie. C’est une pratique relationnelle qui s’apprend et se travaille pour être plus efficace. Sans empathie les personnes sont indifférentes aux souffrances, aux problèmes et difficultés des autres. Cela prédispose à la violence, à la cruauté, à la délinquance. C’est une perte d’émotions.           Dans la série...
Le Stress

Le Stress

      Le stress est une réaction du corps face à une agression. Les causes, les symptômes et les réactions varient suivant la perception de la personne.   En 1920, le physiologiste Canadien, Hans Selye est le pionnier de la recherche sur le stress. Il en a démontré l’impact sur la santé et a décrit le mécanisme du Syndrome Général d’Adaptation. La réaction d’alarme : Face à un stress certains combattent, d’autres se sauvent. La résistance : le corps s’adapte face au stress. L’épuisement : Le corps s’use devant trop de stress. 80% des consultations médicales seraient liées au stress ! Hans Selye Les capacités d’adaptation diffèrent, tout le monde ne réagit pas de la même manière devant une même situation.     « Les espèces qui survivront ne sont ni les plus fortes ni les plus intelligentes, mais celles qui auront su s’adapter à leur environnement. » Charles Darwin Le bon stress ou stress positif permet de stimuler la motivation et de mieux juger des situations en améliorant les capacités d’adaptation. Le rythme cardiaque s’accélère, l’adrénaline augmente pour réagir à la situation… Les symptômes fluctuent suivant l’intensité, le degré de stress et peuvent perturber le comportement habituel, modifier le ressenti et les pensées. Les facteurs stressants sont physiques, psychologiques, sociaux et émotionnels. Ils peuvent être : positifs (naissance d’un enfant, promotion) ou négatifs (licenciement, conflit), exceptionnels (grossesse, opération chirurgicale, traumatisme) ou constants (revenu insuffisant, surmenage), imprévus (choc émotionnel, accident, deuil) ou attendus (examen, départ à la retraite), réels ou imaginaires. Il y a des symptômes physiques comme les tensions musculaires, le mal de dos, la migraine, les maux de tête ou de ventre...